Italien-Pasta

Gastronomie Italienne,Culture,Italie.

14
mar 2008
L’art Romain Modénais
Posté dans Non classé par italienpasta à 8:00 | Pas de réponses »

En occident, au cours des deux siècles qui ont suivi l’an Mille, une forme originale d’art qui réunissait à la fois une nouvelle forme expressive, humble héritage du Haut Moyen-âge et l’illustre tradition de la Rome antique, naissait. C’est ce que nous appelons habituellement Art Roman. Ce fut surtout à travers la cathédrale, monument roman par excellence, que l’architecture et la sculpture trouvèrent leur expression la plus élevée en créant des chefs-d’œuvre d’une valeur inestimable. L’architecture créa des structures robustes et puissantes qui ont acquis un rythme par un jeu savant de poids et de résistances, de pleins et de vides, de lignes et de volumes. Avec son langage vigoureux, la sculpture a transporté dans la pierre tout le monde spirituel de l’homme du Moyen-âge, fait de thèmes sacrés et de motifs profanes, d’histoires bibliques et de légendes. Même le nouvel esprit civique qui accompagna la naissance des communes et la conception réévaluée du travail, trouvèrent une extraordinaire expression plastique. C’est ainsi que sur les murs des cathédrales fleurirent le cycle des Mois et la représentation des Métiers. 

U n des centres d’élaboration les plus vivants d’Art Roman fut l’Italie du nord, et en particulier la région de la Plaine Padane. Dans cette région, l’art Roman suivit un chemin original qui, selon les directives et les programmes tracés par Mathilde de Canossa, donna vie à des œuvres d’une grandeur sans pareil et arriva à son apogée créative surtout avec la Cathédrale de Modène. La Cathédrale de Lanfranco et Wiligelmo, exceptionnellement originale, a représenté un exemple pour la réalisation de beaucoup de grandes cathédrales de la Plaine Padane et d’ailleurs. 

Même dans les petits centres de la Province de Modène, la 

Cathédrale fit école, bien que son incomparable complexité fût imitée plus dans les détails que dans son ensemble. Dans de nombreux édifices mineurs, on retrouve des échos de sa structure architecturale ou décorative qui ont souvent été réinterprétés de façon simple quelquefois pourtant étrangement altérés. Dans les régions montagneuses, la pierre est sans aucun doute le protagoniste incontesté de l’architecture. Des pierres parfaitement taillées et imbriquées avec une précision exceptionnelle imitent le parement de marbre des cathédrales citadines, alors que la décoration sculpturale est souvent exubérante, et révèle la volonté de donner aux plus petits édifices aussi, une décoration riche. 

Aujourd’hui encore, beaucoup d’églises de montagne sont plongées dans des paysages d’une rare beauté. Elles sont restées pratiquement inaltérées au cours des siècles pendant lesquels la couleur de la pierre et les proportions architecturales se trouvent toujours en parfaite harmonie avec l’environnement. En plaine, les églises sont particulières grâce à l’utilisation de la brique comme principal élément de construction. La versatilité de ce matériau confère aux édifices élancement, verticalité et une vaste gamme d’effets décoratifs, alors que l’utilisation alternée de briques et de pierres, comme on le rencontre souvent, crée d’agréables contrastes de couleurs. 

En plaine encore, les sculptures que nous trouvons, représentent souvent une claire déviation de l’école Modénaise de Wiligelmo. Si, parfois on reconnaît le style des constructeurs qui travaillaient à Modène, parfois on reconnaît aussi les œuvres d’artistes locaux qui se sont inspirés à l’illustre exemple citadin. 

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

u stazzu resto corse |
la cuisine des toquées |
Itinéraire d'un biscuitier ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Passion du Pigeon
| jennybouill
| Tous à vos fourneaux